Dominique Pagani

Ateliers de philosophie

Spirale d'Archimède

Seance #5.5

L'odyssée du philosophe ->Nature ou paysage

mars 2019 - centre Goscinny, Paris

en attente

Disjonction nature / paysage

On a vu que CHATEAUBRIAND donnait énormément à voir, chez ROUSSEAU c’est exactement le contraire, il place le décor pour s’y situer, s’y circonscrire.

Et nous sommes pas loin du bonheur du ventre maternelle :

« ce beau bassin presque du forme circulaire »

Une fois qu’il est dedans, il y a une progression qui efface toute perception externe pour ne retenir

les perceptions internes.

Rappel : pour Kant , l’espace est la forme à priori de toute perception externe (sans espace je ne vois rien) et le temps est la forme de toute perception interne.

Références

  • Chateaubriand/ ATALA
  • Rousseau/ 5ème Promenade du promeneur solitaire

Anéantissement du décor

.« .. mais bientôt ces impressions légères s’effaçaient dan l’uniformité du mouvement continu qui me berçait et ne laissait pas de m’attacher au point qu’appelé par le signal convenu, je ne pouvait pas m’arracher de là sans effort. »

Il n’y a plus d’image mais un son.

ROUSSEAU annonce le paysage intérieur, voir Beaudelaire et Apollinaire. ROUSSEAU est le passage de ce “changement de focale” entre le paysage “extérieur” et le paysage interieur.

Postérité de ROUSSEAU chez HOLDERLIN.

Edgar POE / Le Cottage Landor

Références


Le domaine Arnheim Radical Hein : le foyer,

Arnhein : le foyer de la mère.

Le bonheur, point commun des philosophes des Lumières, Voltaire, ROUSSEAU. Le bonheur est entre le salut et la fugacité du plaisir, le bonheur s’oppose au salut car il a une dimension terrestre, il s’oppose au plaisir fugace car il se conjuge à l’imparfait, il se prolonge dans le temps.

Le héros du domaine Arnhein a les moyens de mettre en oeuvre ses propres théories du bonheur tant il fut toute sa vie poussé par une brise de prospérité.

Le jardin paysage sera ce projet. Quel est le lieu qui se prête à son rêve ?

« … celui qui a la mort dans le coeur, évite les perspectives lointaines comme une peste.»

L’être humain est celui qui a la mort dans le coeur, le propre de l’homme est cette inquiétude.

La place de la mort dans l’anthropologie Hégelienne : « la Mort, ce maître absolu »

Tout le malheur de l’homme vient de ne pouvoir rester en repos dans une chambre

Recherche de ce « Locus Solus » .


Exemple saisissant de cette disparition du décor, dans « La Promenade » de Hölderlin.

« … Et la beauté qui sourt aux sources de l’Image toute première. »

« En bleu adorable »

« Plutôt. Telle est la mesure de l’homme.
Riche en mérites, mais poétiquement toujours,
Sur terre habite l’homme. Mais l’ombre
De la nuit avec les étoiles n’est pas plus pure,
Si j’ose le dire, que
L’homme, qu’il faut appeler une image de Dieu. »


Chant allemand poême de Hölderlin[11].

Le retournement patriotique, retournement natal.

(Rappel) Trilogie de Hegel :

  • Le monde de l’Être. Le monde de l’immédiat, de l’imanence.

  • Le monde de l’essence, de l’avoir été. L’Être a disparu. « Mon royaume n’est pas de ce monde. »

Hölderlin comprend que ce monde nocturne, ce retournement natal, est certes moins beau, mais plus profond, c’est le paysage moderne.

Par opposition : la clarté du temple grecque qui se voit de l’extérieur à la cathédrale gothique dont la lumière extérieur, filtrée, envahit l’espace clos du temple.

Hölderlin et Hegel étaient fascinés par la Grèce car alors « nul n’était seul à supporter la vie », il y avait un partage collectif.

À l’époque moderne, Hölderlin, Nerval sombrent dans la folie car ils se prennent en pleine figure ce qu’une époque précédente, où les réponses précédaient les questions, nous épargnait.

La poésie prend la relève du religieux que le siècle des Lumières avait liquidé.

Un religieux non au sens des arrières mondes mais en son éthymologie (religere, relier) qui relie les hommes entres eux

Un collectif à l’inverse du monde relativiste dans lequel on veut nous enfermer et qui promeut tout ce qui nous oppose.


Les Illuminations de Rimbaud

À l’opposé de Baudelaire, « l’atificialiste », grand retour de la Nature avec Rimbaud.

Il y a une alternance entre des courants qui cherchent à sortir de la modernité (le Parnasse, Gide) où les tentations romantiques ont été surmontées et entre un courant qui cherche à revenir aux origines du romantisme, jusqu’à l’abstraction en peinture, la toile blanche d’un Malevitch, la page blanche de Mallarmé.

Rimbaud / Aube

J'ai embrassé l'aube d'été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit. La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom. Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse. Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. A la grand'ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais. En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois. Au réveil il était midi.

« empli de frais et blêmes éclats »

Sont présentes dans ce texte des sensations et non des sentiments comme à la période romantique. Sensations, le corps est présent, passage au paysage moderne.

ROUSSEAU fait l’écho un siècle plus tôt à ces sensations :

« L’or des genêts, & la pourpre des bruyeres frappoient mes yeux d’un luxe qui touchoit mon cœur »

C’est donné à tout le monde, ce n’est pas facturable !

D’ailleurs, Clouscard n’en revenait pas :

« Et il me dit : C’est fait ! Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement »


Voiler, dévoiler, révéler

Voiler c’est enlever le voile, révéler est l’enlever pour le remettre ! Pertinence de Heidegger sur ce point.

Passage admirable de Nietzsche dans Par delà le bien et le mal où l’important est de rester masqué, voilé :

« — Voyageur errant, qui es-tu ? Je te vois poursuivre ta route sans dédain, sans amour, avec des yeux indéfinissables, humides et tristes, semblable à une sonde qui, insatisfaite, est revenue des profondeurs de la lumière — qu’a-t-elle donc cherché là en bas ? — avec une poitrine qui ne soupire pas, une lèvre qui cache son dégoût, une main qui ne saisit plus que lentement : qui es-tu ? qu’as-tu fait ?
Repose-toi ici : cet endroit est hospitalier à chacun, — réconforte-toi ! Et qui que tu sois, dis-moi ce qui te plaît à présent ? ce qui te sert de réconfort ? Dis-le : tout ce que j’ai, je te l’offre ! — « De réconfort ? de réconfort ? Homme curieux, que dis-tu là ! Donne-moi donc, je te prie. » — Quoi ? quoi ? parle ! — « Un masque de plus ! un second masque ! » — »

« Pour ce que Dieu, lui-même, Ô surprise porte vêtement » dit dans un poème Hölderlin, sans doute pour nous proteger.


Un poème de magicien .

C’est LUI qui déclanche l’Aube.

Ce magicien est un enfant.

Le poème commence au passé composé et se termine à l’imparfait… c’était un rêve du petit matin.

« Au réveil il était midi «


Les “changements de focale” du paysage :

D’abord Les bergers d’Arcadi de Poussin une nature extériorisée.

On plonge dans le monde réel, extérieur, dans Atala de CHATEAUBRIAND.

Effacement de ce qui est visuel chez ROUSSEAU au profit d’un ressenti intérieur. Extinction du figuratif.

Avec Rimbaud, on retraverse la focale mais dans un paysage intérieur, dans le monde nocture du rêve, où se déploie une fantasmatique,