Dominique Pagani

Ateliers de philosophie

Spirale d'Archimède

La fausse note

... avec Dominique Pagani

Réalisation/Montage : Aliocha

Images : Paolo Caponetto

Son : Baptiste Marie

Etalonnage : Pierre-Alain Giraud

Remerciements : Catherine & Jean Hermet Musique : Miles Davis "Autumn leaves", "Somethin' else" de Cannonball Adderley - Blue Note Records © 1958 © 2016

 
Une vidéo exceptionnelle par un homme exceptionnel !
 
 
Vos vidéos sont toujours aussi passionnantes. Un grand merci !
 
 
Splendide!!! Une grande érudition offerte au passant curieux : de l'éducation populaire en toute chose, merci pour cette apprentissage sonore qui nous ouvre les oreilles!
 
 
 
"comme tous les bons musiciens, il joue avec notre attente" , c'est trop ça! Sinon ça rapelle aussi quand il disait que "ce qui fait la richesse du jazz, c'est son impureté", cad la fausse note...
 
 
Du grand Pagani, merci beaucoup pour cette vidéo !
 
 
Pagani filmé façon Eisenstein, que demande la peuple ? 😍

 

 
Passionant !
 
 
J'adore cet homme!!
 
 
 
J’aimerais beaucoup entendre D Pagani nous parlez de l’atonalisme, du free jazz, de la musique improvisée contemporaine et pourquoi pas aussi des musiques africaines méconnues du grand public. Je suis avide de connaissances dans le domaine et nous avons ici quelqu’un qui sait de quoi il parle (et qui est musicien chose que j’ignorais et que je vois ici) Il faut à tout pris lui donner d’avantage la parole sur ces sujets, les gens ne sont pas éternels et on aura que les regrets lorsqu’il nous quittera (pourvu que ça n’arrive pas avant longtemps). Merci et bonne continuation.
 
Pagani qui fait du militantisme culturel.
 
 
Quelle merveille !
 
 
Merci pour votre analyse, j'aimerai partager cette vidéo qui va dans la continuité de ce que vous évoquez à propos de Freud, de la notion de mort et de répétition @10:25 https://www.youtube.com/watch?v=Z9GyyTm1Kdk
 
 
Doumé, berceur d'âme, révélateur d'humanité, ensorceleur de connaissance... Magantulu !
 
 
Oui, la musique, est aussi sensiblement lié, sinon plus, à son terroir que ne l'est une plante... (térritorialisation et détérritorialisation de la musique, disait Deleuze, excusez-moi de citer le suppôt du neo fascisme libéralo-libertaire réactionnaire anti-rationnaliste nazi méchant). C'est un abatardissement intégral de la musique qu'impose le capital de la musique, (comme le disait Einstein, avec ce genre de musique plus besoin de cerveau juste d'une moelle épinière).
 
 
Merci pour cet excellent entretien! Du grand Paganini..oups pardon! ^^'
 
 
Un grand plaisir, un vrai délice! Dominique au piano j'en voudrais plus.
 
 
 
Excellente explication ! Et quelle surprise que de vous voir jouer du piano 😍 !!!!!
 
 
 
Une érudition peu banale, une intelligence subtile, un sens pédagogique rare, le tout baigné dans une profonde humanité. Quel bonheur !
 
 
Pour ce qui est de la polysémie langagière autour du mot "populaire", je sais que ce problème est en grande partie résolu aujourd'hui car dans mes études de musicologie, quand on étudiait la musique Mongole ou Indienne on parlait de musique "traditionnelle". Du coup l’appellation fonctionne bien puisque renvoyant à la tradition culturelle du pays concerné elle exclu totalement la soupe commerciale mondialisée, et ainsi il n'y a plus de confusion.